Suivez les rendez-vous incontournables B2B


Pour aller plus loin, inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir tous les mois, les articles les plus lus et les rendez-vous incontournables

4 Grandes idées stratégiques à retenir pour votre croissance en 2018 !

 

 

 

Définir une vision stratégique à long terme est un enjeux clé pour chaque entreprise. Se projeter dans l’avenir n’est cependant pas un exercice facile et nul ne peut se vanter de pouvoir lire dans une boule de cristal. Pour vous aider dans votre approche de cette nouvelle année je tenais à partager avec vous 4 grandes idées développées dans la Harvard Business Revue qui vont marquer cette année 2018. Rédigée par des penseurs contemporains et experts du management cette édition spéciale retrace 12 grandes idées à méditer pour repenser sa vision stratégique en 2018. Suite à une lecture assidue et forte instructive il m’est apparu, comme indispensable, de vous dispenser une part de cette enseignement à travers un résumé des 4 tendances qui ont le plus retenues mon attention !

 

Idée n°1 : 2018 des profits en baisse pour les entreprises occidentales :

 

Une croissance soutenue ces 30 dernières années :

Les 30 dernières années ont favorisé la croissance des multinationales, environnement économique favorable, augmentation de la rentabilité, augmentation des revenus et économies de coûts ont permis aux firmes occidentales de capturer plus de 50% des profits mondiaux. Aujourd’hui cette croissance spectaculaire est entrain de s’inverser et si la part des résultats d’exploitations représentait 9,8% du PIB mondial elle devrait chuter à 7,9% dans la décennie à venir.

A partir des années 80 les entreprises occidentales ont bénéficié d’un contexte économique avantageux pour appuyer leur croissance. Privatisation, industrialisation des marchés émergents et baisse de la fiscalité leurs ont permis d’augmenter leurs marges de 65% ces trentes dernières années. Elles se sont imposées sur leur marché domestique mais également sur les marchés émergents grâce à 3 facteurs :

    • un effet d’échelle : Les profits sont proportionnels à la taille d’une entreprise, aujourd’hui 10% des entreprises côtées en bourse génèrent 80% des bénéfices. Ainsi les pays occidentaux hébergeants les plus grandes entreprises mondiales ont pu disposer d’un avantage concurrentiel sur les pays émergents.
    • Une politique de développement offensif à l’étranger : le choix de se développer sur les marchés émergents a permis aux entreprises de capturer les recettes liées à leur développement économique. 41 % des revenus mondiaux sont aujourd’hui générés dans les pays émergents.
    • Une réduction des coûts : La diminution de la fiscalité et des coûts d’emprunts de même que celle des coûts salariaux ont permis aux entreprises occidentales de générer des économie importantes.

 

Une décroissance programmée pour les années à venir …

Si par le passé les multinationales occidentales ont appuyé leur domination économique à l’échelle mondiale, les règles du jeux tendent aujourd'hui à changer. En effet elles se retrouvent confrontées à des nouveaux concurrents agressifs en provenance des pays émergents qui se développent 2 fois plus rapidement et bouleversent l'échiquier mondial. Raréfaction des talents, choix d’un développement de croissance à long terme plutôt que d’une rentabilité à court terme, croissance internationale soutenue par l'avènement d’internet… Autant de facteurs qui permettent à ces nouveaux arrivants de déstabiliser les géants occidentaux. Ces derniers vont devoir apprendre à connaître ces nouveaux marchés de l’intérieur pour pouvoir comprendre les règles qu’ils établissent. Gestion de son capital humain, développement de ses actifs intellectuels, innovation disruptive, et rupture avec les stratégies actionnariales sont autants de priorités pour les entreprises en 2018 …

 

Idée n°2 : Un double service d’exploitation au service de sa compétitivité

 

Les évolutions technologiques et la mondialisation ont rendu l’environnement économique très compliqué pour les entreprises. Ces dernières font face à des évolutions rapides qui leur demandent de repenser leur stratégie pour rester compétitives. La difficultée pour ces dernières est que les anciens schémas d’évolution stratégique ne fonctionnent plus. Ils sont trop rigides à l’environnement et trop lents à mettre en oeuvre pour ne pas être dépassés par la concurrence. Ainsi une stratégie d’entreprise voit son espérance de vie diminuée à quelques années et doit constamment être repensée pour s’adapter aux changements de l’environnement.

 

La solution ?

La mise en place d’un double système d’exploitation ! Il s’agit ici de casser les codes de l’organisation hiérarchique classique pour être en mesure de saisir et exploiter chaque opportunitée qui se présente. On sort d’une organisation matricielle qui même si elle permet de faire tourner l’activité est source de résistance au changement. Un objectif : gagner en souplesse et réactivité !

Comment ?

Le double système d’exploitation doit fonctionner comme un cerveau avec deux systèmes coordonnés et complémentaires. On obtient ainsi un système d’exploitation hiérarchisé qui a pour but de piloter l’activité quotidienne de l’entreprise et en parallèle une organisation en réseau plus souple et plus évolutive qui va se concentrer sur des améliorations stratégiques spécifiques. On évolue ici dans une cellule de volontaires du changements qui souhaitent dynamiser le réseau et s’investissent pour remplir des objectifs d’agilité, d’inspiration et de réussite. Nous ne parlons pas de mettre en place une cellule de gestion de projets managériale mais de rassembler un groupe de collaborateurs aux compétences multiples qui pourront exprimer leur leadership et être force de proposition pour accompagner l’entreprise dans le développement de sa stratégie !

 

Idée n°3 : 2018 sera Agile ou ne sera pas !

 

D’abord privilégié par les technologies de l’information et les développeurs, les méthodes agiles bénéficient aujourd’hui d’une diffusion toujours plus large au sein des entreprises. Augmentation de la productivité, diminution des cycles d’innovations, amélioration de la collaboration…Tant de bénéfices perdus si cette dernière n’est pas correctement employée !

 

Comment fonctionnent les méthodes Agiles ?

Les méthodes Agiles sont des nouveaux concepts de management qui ont pour vocation de soustraire les collaborateurs à leurs environnements fonctionnels d’origine, dans le but de créer des équipes multidisciplinaires centrées sur le client et son projet. Elles se déclinent sous plusieurs formes qui s’adaptent à différents objectifs stratégiques :

  • “scrum” : on privilégie le travail d’équipe créatif et adaptatif
  • “lean development” : on diminue le gaspillage de temps et ressources
  • “kanban” : on cherche à réduire les délais de réalisation et le nombre de tâches.

Le principe est simple : on mobilise une équipe transversale regroupant toutes les compétences nécessaires qui va s’auto-organiser pour conduire le projet. Ce dernier est fragmenté et développé par cycles itératifs rapides qui donnent de la souplesse à l’équipe et lui permet d’intégrer les changements évolutifs ! Adaptation et réactivité sont les grandes lignes de la planification Agile.

 

Quels impacts pour mon organisation ?

Accroissement de la productivité, diminution des temps décisionnels, amélioration de la visibilité, diminution des risques… Les bénéfices de l’introduction de ces méthodes dans l’entreprise sont nombreux et visibles à plusieurs niveaux de l’organisation. Ainsi les entreprises ayant choisi d’appliquer ces méthodes ont vu leur cycle d’innovation diminuer parfois de 75%, leur rapidité accrue de plus de 200% et l’implication des collaborateurs nettement améliorée.

 

L’enjeu des méthodes agiles au niveau managérial

La méthode agile bien qu’elle apporte une expérience organisationnelle élargie ne s’adapte pas à tous les secteurs d’activité et nécessite une collaboration des équipes à tous les niveaux. Les obstacles organisationnels qui s’opposent à une collaboration efficace et productive sont en effet nombreux et leur franchissement nécessite une réelle implication des équipes de direction. Stratégie, affectation des ressources, collaboration entre structures… sont autant de domaines ou la méthode agile peut être introduite dans l’équipe managériale. Cette dernière va permettre une meilleure communication entre la direction et les équipes, une simplification des tâches, une amélioration de la productivité et une augmentation de l’implication et de la confiance.

 

Idée n°4 : Prise de décision et manque de fiabilité : quel coût pour les entreprises ?

 

La prise de décision en entreprise est un processus impacté par le jugement humain souvent influencé par des facteurs extérieurs. Ce facteur humain est ainsi accompagné d’une grande variabilité d’appréciation que l’on appelle “le bruit”. Le bruit est un phénomène insidieux dont l’ampleur et les conséquences sont souvent ignorées par les entreprises. Comment identifier ce bruit et comment diminuer son indice sont autant de questions que chaque dirigeant devrait se poser !

 

Qu’est-ce que le bruit?

Les entreprises qui évoluent dans un cadre de procédures rigides et qui traitent les problèmes de manière identique ont par essence même, peu de chance d’être impactées par le jugement subjectif. A l’inverse des fonctions telles que chef de projet, dirigeant d’entreprise ou encore professionnel de santé sont confrontés à des prises de décisions guidées au quotidien par l’expérience informelle et les principes généraux acquis. Ainsi à circonstances équivalentes on a pu observer une grande variabilité dans leur prise de décision au cour du temps. C’est ce manque de cohérence qui définit le bruit et peut faire perdre à l’entreprise des sommes colossales ! Il convient cependant de distinguer deux phénomènes que sont “le bruit” et “le biais” dans son analyse. En effet le biais s’il impacte également la prise de décision est une variabilité qui ne relève pas d’une incohérence inexplicable mais plutôt de facteurs sociaux ou cognitifs récurrents (optimisme, discrimination…). Ainsi si la plupart des décisions prises en entreprise sont biaisées et bruitées, il est beaucoup plus dur de qualifier le bruit et son impact.

 

Comment identifier le bruit ?

Si le bruit se caractérise par un éparpillement des jugements il apparait comme difficile de connaitre la réponse juste au problème posé. Un décisionnaire a souvent une forte confiance en son jugement et en l’intelligence de ses collaborateurs ce qui explique qu’il surestime la concordance de leurs jugements ! Un des moyens de quantifier le phénomène de bruit dans son entreprise et d’améliorer ainsi la qualité des décisions prises est de réaliser un audit de bruit. Le principe va être de confronter différents collaborateurs à des études de cas similaires pour évaluer la moyenne de désaccord entre eux. Des tests ont montrés que cette dernière atteignait souvent plus de 40% !

 

Comment diminuer le bruit ?

L’une des pistes cohérente pour diminuer une variabilité de jugement est d’instaurer des règles formelles. Ces règles formelles se traduisent par l’utilisation d’algorithmes reposants sur des modèles prévisionnels. La décision est ainsi basée sur un modèle de variables constant où chaque facteur est pondéré et analysé de manière fiable. Il est aujourd’hui simple de mettre en place une logique d’algorithme et contrairement aux préjugés il n’est pas toujours nécessaire de disposer d’un volume conséquent de données de résultats. La définition des variables à prendre en compte peut simplement découler du bon sens et d’une connaissance accrue de son marché !
Si ce modèle a fait ses preuves et apparaît aujourd’hui comme plus si ce n’est autant fiable que le jugement humain, il peut atteindre ses limites dans le cadre d’analyses multidimensionnelles. Les résultats seront ainsi traduits en actions par le décisionnaire qui garde tout son libre arbitre dans l’évaluation de la situation et la prise de décision !

Une autre approche possible est d’homogénéiser les méthodes au sein de son entreprise (recherche et traitement des informations) et de munir ses collaborateur d’outils d’aide à la décision….Ces derniers disposent ainsi d’un cadre plus formel pour guider et justifier chaque prise de décision.

Faites parler vos données pour vendre plus

Vendez plus en exploitant efficacement vos données


 

  

 

 

 

 

Erica Seng-Sourinho

Digital manager - INES CRM

 

Ces articles peuvent vous intéresser : Motivez vos équipes

PME : comment réussir sa transformation digitale ?

transformation petitSelon l’Acsel et OpinionWay, 85% des dirigeants de PME et PMI françaises déclarent avoir entamé la phase concrète de leur transformation digitale. Bien. Mais qu’est-ce donc ? Pourquoi ? Et comment ?

Lire la suite...

Révolution commerciale : les compétences de demain

Chaque année les entreprises dépensent des milliers voire des millions d’euros pour former leurs vendeurs aux produits et aux nouvelles techniques de vente. A quoi ressemblent ces formations ? Sont-elles efficaces ? Et si nous changions de problématiques… ? Les entreprises l’ont parfaitement compris, un des facteurs clés de leur bon développement est la performance de leur équipe commerciale. Elles disposent de plusieurs leviers pour l’accroître : process, outils, management et formations.

Lire la suite...

Quels KPI analyser pour développer mon activité commerciale et marketing ?

kpi analyser petitLes KPI, les fameux Key Performance Indicators (indicateurs clés de performance) sont devenus de plus en plus présents dans nos quotidiens pour n’importe quel service et n’importe quelle activité. Nous avons besoin de contrôler et de comprendre pour décider. De plus en plus d’outils existent pour analyser tel ou tel comportement. Mais de quelles informations avons-nous réellement besoin ? Quels KPI utiliser ? Comment les mettre à profit pour avoir une vision intelligente de notre performance marketico-commerciale ? Les KPI sont révélateurs si et seulement s’ils sont considérés dans une stratégie globale. Démonstration :

Lire la suite...
Share
Top